Octobre 2005. Cela fait une année que je me rends à Faugeras, établissement qui accueille des personnes handicapées mentales.

J’y retrouve ces visages amis dans un lieu de vie où la relation humaine est prépondérante. Je photographie une dernière fois Pierre qui déambule dans le couloir, François qui se cache sous son drap et Nono qui fait mine de ne pas me voir.

 

La raison du plus faible, éditions Delpire, 2006.

 

 

1/16